• Interview de Karolyn Daniel, auteur de Croissants de Lune

     

     

        

        

    Interview de Karolyn Daniel

    Pour Book-Attitude  

     

    À l'occasion de la sortie de son ouvrage Croissants de Lune, tome 1 : La Marque,  aux Editions VALENTINA, Karolyn Daniel se livre à Book-Attitude.

     

    Interviw de Karolyn Daniel, auteur de Croissants de Lune, tome 1 : La marque

    B.A : Tout d'abord merci pour le temps que tu vas m'accorder, merci de répondre pour Book-Attitude. Tout d'abord une petite présentation pour les lecteurs, tu veux bien ?

    K.D : Merci à toi pour cette interview ! Alors, je me nomme Karolyn Daniel, je suis née en 1992 en Haute-Savoie, et j’écris depuis mes 15 ans. Je suis quelqu’un qui aime sourire, rire, mais je suis aussi perfectionniste et déterminée.

    ***

    B-A : Si tu devrais résumer en un mot ton parcours jusqu'à aujourd'hui, lequel serait-ce ? Et pourquoi ?

    K.D : Magique. Parce que j’ai commencé à écrire pour ranger le bordel que j’avais dans la tête, absolument pas dans l’optique d’être publiée un jour. Alors j’ai posté des textes sur Skyrock, d’abord dans un but personnel, artistique aussi car créer une belle mise en page, de beaux montages, ça me plaisait. Ensuite, il y a eu cette histoire... Là aussi, j’ai poursuivi les posts sur cette plateforme, avec un autre blog cette fois. J’ai eu les avis des gens, des critiques, bien souvent faites avec justesse et bienveillance et que je me suis empressée de prendre en compte, et tout cela m’a permis d’améliorer mon style d’écriture et l’histoire en elle-même. Et puis, parfois, alors même que le premier jet n’était pas terminé, on me disait : « Pourquoi tu ne tentes pas les maisons d’édition ? Je suis sûre que tu serais prise ! ». Au début, ça me faisait rire car je n’imaginais pas une seule seconde que mon texte plairait à un éditeur. Et puis, au fur et à mesure du temps, l’idée m’a plu, ces gens-là ont continué à m’encourager, alors j’ai repris mon histoire, j’ai tout réécrit de A à Z, je l’ai corrigée à l’aide de deux bêtas-lectrices et d’une lectrice à l’avis avisé, et je l’ai envoyé en maison d’édition. Et voilà le résultat... Comme quoi, croire en soi, ça paye toujours un jour.

    ***

    B.A : Comment arrive-t-on, là où tu en es aujourd’hui ?

    K.D : Je pense qu’il faut croire en soi et en ses rêves surtout, car c’est cela qui nous mène là où on veut aller. Persévérer, être sérieux, ne jamais baisser les bras, ne pas se laisser décourager par des gens qui n’y connaissent rien ou qui ne seraient pas capables de faire le quart de la moitié de ce que vous faîtes. Écrire un roman, c’est loin d’être simple, contrairement aux idées reçues. Il faut que vous soyez à l’aise dans votre univers, que vous le maîtrisiez, que vous vous fassiez plaisir. Et le reste vient ensuite... Mais surtout, croyez en vous et persévérez : c’est essentiel quand on veut aller au bout de gros projets, romans ou pas.

    ***

    B-A : D'où te viennent tes idées ? Ton inspiration ? As-tu des musiques référencées ?

    K.D : Je tire mon inspiration dans la vie de tous les jours. Ce que je vois, ce que je ressens, ce que j’écoute, ce que je fais, ce dont je me souviens va aussi m’inspirer. Mes sources d’inspirations principales ? Les sentiments, les séries, les films, les musiques, les souvenirs, les gens, l’humain en général. J’ai des musiques qui m’aident à écrire, oui, et ça va souvent être des bandes originales de films (Narnia, Transformers, Titanic, Pirates des Caraïbes), de séries (The Vampire Diaries, One Tree Hill, Smallville), mais aussi des groupes icones de la musique, tels que Two Steps From Hell, E.S. Posthumus, Within Temptation.

    ***

    B-A : Tu es plutôt papier ou ordi ? Crayon de bois ou stylo ? Un petit objet fétiche pour écrire ? Si oui lequel ?

    K.D :  Papier & ordi. En fait, j’écris mes idées de base pour le tome sur un carnet, puis les idées principales des chapitres sur un bloc-notes au fur et à mesure que je les travaille. Une fois cela fait, je me mets sur l’ordinateur, et je rédige mon chapitre en entier sur mon ordi. Mais je n’ai pas d’objet fétiche, si ce n’est ma musique. 

    ***

    B.A : Comment et pourquoi t’es-tu mise à écrire ?

    K.D : J’ai toujours eu du mal à exprimer mes sentiments à voix haute, alors je les ai longtemps gardés pour moi. Jusqu’au jour où, lorsqu’elle m’a montré des poèmes qu’elle avait elle-même rédigés, une amie m’a prouvé qu’on pouvait aussi s’exprimer par écrit. Dès lors, ça a été le déclic. J’avais 15 ans, et j’ai commencé à écrire des textes parlant de mes sentiments, quels qu’ils fussent, et parfois des textes « coup de gueule ». M’exprimer ainsi me faisait du bien, cela était autant un exutoire qu’une nouvelle façon d’appréhender le monde. Un jour, une histoire est venue me trotter dans la tête. J’ai commencé la rédaction de ces quelques lignes, et de fil en aiguille, elles sont devenues des chapitres, qui eux-mêmes mis bout à bout ont fini par créer un roman. Et depuis, je ne me suis pas arrêtée d’écrire.

    ***

    B.A : Nous allons maintenant parler de Croissants de Lune, tome 1 : la Marque.
    De quoi parle le roman ?

    K.D : Nous suivons Rachel, une jeune fille de 17 ans, dans sa vie quotidienne. Mais à Noël, tout change : sa famille lui offre une chienne que Rachel va baptiser Luna, et entre les deux se créé un lien aussi étrange qu’exceptionnel. Rachel développe alors un pouvoir aussi puissant que dangereux et apprend qu’elle fait partie des élus mentionnés dans une ancienne prophétie. Mais si seulement il n’y avait que ça... Par ailleurs, et c’est bien connu, dans toute famille, il y a des cadavres dans les placards. Celle de Rachel ne fait pas exception... Et alors là, c’est l’pompon !

    ***

    B.A : Quel a été le point de départ de l'écriture de ton roman ?

    K.D : Mes amis. Sans ma « bande du lycée » et leur amitié, il n’y aurait jamais eu de roman, encore moins Croissants de Lune et tout son univers. Je ne sais pas ce qui m’a poussée à commencer une histoire, et encore moins débuter par une trilogie (c’est là que je me dis que je n’ai pas commencé par le plus facile lol), mais avec eux à mes côtés, je me sentais capable d’affronter le monde entier. Et je pense que le point de départ du roman, c’est ça, car c’est quelque chose que j’ai naturellement transmis dans Croissants de Lune : avec des amis à nos côtés, on est capables de beaucoup de choses.

    ***

    B.A : Penses-tu avoir un lien particulier avec l'un de tes personnages ? Si oui, lequel ?

    K.D : J’ai l’impression d’avoir un lien particulier avec chacun de mes personnages. Ils sont tous une partie de moi, chacun à leur manière. Mais ceux qui me ressemblent le plus sont indéniablement Rachel, Morgan et Christopher : Rachel a beaucoup de moi, tous points confondus ; Morgan possède un peu de ma curiosité, et aussi mon sarcasme ; et Christopher a mon exigence et mon côté sévère. Le lien avec ces trois-là est fort, peut-être aussi parce qu’ils sont ceux avec qui je travaille le plus.

    ***

    B.A : Dans chaque personnage, tu laisses une partie de toi ? Je veux dire, une partie de ta personnalité ? Finalement, c'est un peu comme si tu te mettais à nu, lorsque tu écris cette saga ? Ou dans n'importe quelle écriture d'ailleurs !

    K.D : Exactement ! Quand j’écris, je me mets à nu, c’est vrai, et c’est aussi ce qui me fait peur. Je n’aime pas me dévoiler comme ça, sans conditions, et pourtant, dans l’écriture, on est souvent amenés à le faire... En tout cas, c’est bien le seul domaine où je m’en sens capable ! Parce qu’en temps normal, si je suis quelqu’un de souriant, je ne montre quasiment jamais mes vrais sentiments. Par contre, je reconnais que mes amis savent lire en moi comme dans un livre ouvert...
    Oui, mes personnages possèdent chacun une partie de moi. J’ai déjà cité Rachel, Morgan et Christopher, mais ils ne sont pas les seuls à faire partie de moi : j’ai donné mon humour (parfois limite, je le reconnais) à Lucas ; ma franchise à Tamara (et qu’est-ce que ça fait du bien d’avoir un personnage qui parle sans détours !) ; mon instinct protecteur à Ryan ; ma timidité à Kevin ; ma légèreté à Sarah ; ma manie de donner des conseils à Luna ; ma détermination à Chloé. En chacun de mes personnages se cache une part de moi.

    ***

    B.A : Où en es-tu pour le tome 2 ? Un petit indice sur ce qui compte se passer ?

    K.D : J'en suis actuellement au chapitre 19, donc j'arrive tout doucement vers la fin de ce tome. Où j'en suis au niveau des événements, eh bien, Rachel & Morgan forment enfin un couple (explosif, si vous voulez savoir), Chris s'ouvre à des horizons auxquels il n'avait encore jamais pensé, et s'affirme. Ce tome 2 contient plus d'action, de bagarres et d'engueulades, mais aussi plus d'histoires de cœur. Chaque personnage aura plus ou moins droit à ce bonheur. Mais les mystères s'épaississent aussi ! Et moi, je m'éclate.


     

    « C’est alors que quelque chose d’étrange se passa. Une vague de sentiments m’envahit : gêne dissimulée, bonheur naissant, coup de cœur amoureux qu’on ne réalise encore pas, excitation liée à une fête, volonté de plaire... C’était comme un ouragan déchaîné, une violence inouïe. J’eus l’impression de recevoir un coup de poing en plein estomac. J’en eus le souffle coupé et ouvris des yeux grands comme des soucoupes. Ma respiration s’était arrêtée mais mes battements de cœur, eux, s’étaient accélérés. Tous ces sentiments étaient réels, je les sentais couler dans mes veines, faire battre mon cœur, noyer mon cerveau. Ils étaient puissants, violents, agréables. Et pourtant tout cela ne m’appartenait pas. Ils n’étaient pas miens. Je ne saurais l’expliquer, mais je savais pertinemment que ce n’était pas mes sentiments. »


    Croissants de Lune – Tome 1 : La Marque, Chapitre 6, page 99.

     


     ***


    B.A : Combien de temps passes-tu par jour, en moyenne, à écrire ?

    K.D : Je ne sais pas. J’écris au feeling, donc sans horloge ni délais. Je peux passer plusieurs jours d’affilés à écrire (entrecoupés de pauses, bien entendu), et passer ensuite plusieurs semaines sans écrire le moindre mot (comme cela a été le cas durant mes études ou pendant mon travail). J’écris assez irrégulièrement, ne me fiant qu’à mon inspiration, à l’envie d’écrire, et à ma motivation en général.

    ***

    B.A : Quel conseil voudrais-tu donner aux futurs auteurs ?

    K.D : Croyez en vous et ne baissez jamais les bras. Écoutez les critiques qu’on fait de vos écrits si vous avez cette chance, prenez ce que vous avez à prendre, et retravaillez votre texte. Accordez-vous des moments de pause, mais ne laissez jamais tomber un projet sous prétexte qu’il ne vaut rien. Persévérez, encore et toujours, cela finira par payer un jour.

    ***

    B-A : Quelles sont tes projets pour l'avenir ?

    K.D : Terminer Croissants de Lune en premier lieu, puis continuer Kendra, la Légendaire. Le tome 2 de CdL avance bien : j’en suis à 18 chapitres d’entièrement écrits à l’heure actuelle, et il est le projet sur lequel je focalise toute mon attention. Quant à Kendra, c’est un roman de fantasy, que je continue lorsque je n’écris pas sur CdL (ce qui est rarement le cas ces derniers mois du coup). Et puis, trouver un travail dans mon domaine initial, ce serait bien aussi. J’y travaille, encore et toujours...

    ***

    B-A : Dernière question : on sait à l'heure d'aujourd'hui que la blogo est en quelque sorte LE tournant d'un ouvrage. Comment te sens-tu face à cette conjoncture actuelle ?

    K.D : Bien. J’ai accepté ce fait il y a plusieurs mois, donc maintenant, je prends ça avec sérénité. Bien sûr que leurs avis font peur, parce que ce sont ces bloggeurs (je pense à certains noms en particulier) qui vont faire la réputation du roman. Et en même temps, avoir leur avis certifierait qu’on a leur attention, qu’ils ont lu nos mots, et qu’ils vont peut-être nous suivre plus tard. Cela suscite autant l’envie que la peur en fait. Mais ça va, je le prends bien. Et puis, avoir commencé sur Skyrock en demandant les avis des gens, avis parfois donnés sans le moindre tact, m’a permis de réaliser à quel point certaines opinions étaient importantes pour l’avancée du roman et notre avancée personnelle. Même si les avis de ces bloggeurs peuvent faire peur, il faut se dire que ce sont des gens comme eux, qui donnent des avis sincères, qui vont nous faire avancer pour la suite de nos écrits.

    ***

    B.A : Nous arrivons au terme de cette interview : Un mot pour la fin ?

    K.D : Merci beaucoup à toi ! Me prêter au jeu de l’interview a été un véritable plaisir ! À bientôt pour la suite alors, et n’oubliez pas : les rêves peuvent devenir réalité. Il suffit juste de croire en eux... et en vous.

    ***

     

    Rencontré d'abord via Skyblog, j'ai eu le bonheur de suivre pendant longtemps Karolyn Daniel, grâce à son blog New World of Imagination. Un peu perdu de vue, je l'ai retrouvé grâce à Facebook, un peu par hasard. Mais le hasard fait bien les choses pour une fois.

    Aujourd'hui, Karolyn fait partie de mes auteurs coup de cœur, et ils sont bien peu nombreux, quand on réfléchit bien. Sa légèreté, sa plume, son univers font d'elle une personne à part entière, une auteure unique. Vous apprécierez la personne qu'elle est parce qu'elle reste elle-même, sans prise de tête, pleine de sensibilité, munie d'une grande générosité. 


    Je vous souhaite une très bonne découverte Livresque…

    Lien du blog de l'auteur : Karolyn Daniel

    Book-Attitude.

    NB : Je vous rappelle que l'ouvrage est disponible aux Editions Valentina.

     

    « Croissants de lune tome 1 : La marque de Karolyn DanielAngelfall, tome 1: Penryn et la fin du monde de Susan Ee »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    2
    Samedi 29 Mars 2014 à 22:27

    Tout à fait. Et je suis ravie de t'avoir retrouver ma belle ^^

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    1
    Samedi 29 Mars 2014 à 22:26

    Le petit mot à la fin, il est... wah ♥ C'est vrai que le hasard a bien fait les choses sur ce coup-là, et je lui dis merci ! Parce que retrouver des gens de Skyrock bien après les avoir perdus de vue, c'est vraiment génial. Surtout qu'il y a des gens que tu ne veux pas perdre de vue ♥

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :